2015 Election Guide - Conflict and Negotiations

040_flip_pic.pngCJPME is pleased to publish the next of a 15 part election series analyzing the positions of Canada’s political parties. CJPME hopes that, by revealing what parties have said and done on key Middle East issues, Canadians will be better informed voters in the upcoming elections. Our next analysis studies each party’s position on the Palestine-Israel conflict and the negotiation process.


View analysis in PDF format

upper.png

 grid_040_5.PNG

La version française suit...

Executive Summary

The Harper government seems content with the violent status quo in Israel-Palestine as much as the Israelis themselves. In every respect, it has taken its lead from Israel’s leadership vis-à-vis this conflict. The NDP continues to support the international consensus for a two-state solution, although its clarity on this point has been undermined in recent years. The Liberals, as with so many Middle East issues, repeatedly give a mixed message. The Bloc Québécois and the Greens have been most specific on the primacy of international law, and UN resolutions on the Israel-Palestine conflict. CJPME looked at the parties’ statements relating to their 1) urgency for a solution to the Israel-Palestine conflict; 2) alignment with the two-state solution; 3) Palestinian statehood, and other pronouncements. CJPME judged the parties’ positions based on 1) adherence to international law, and 2) alignment with the two-state solution. CJPME itself does not take a position on the viability of the two-state solution.

Background

On July 29, 2013, US-sponsored talks between Israeli and Palestinian representatives resumed after a four-year hiatus. The preconditions for the talks included a settlement freeze and a prisoner release by Israel in exchange for the Palestinians holding off on seeking further memberships in UN bodies.  The meetings began in the summer of 2013 with the issues to be discussed including: land, borders, “settlements,” the future of Jerusalem, refugees, and security.

In April, 2014, Israel announced its withdrawal from the talks.  Several reasons for the talks’ failure have been posited, including a) that the announcement of the formation of a Fatah-Hamas unity government justified Israel’s withdrawal from the talks, and b) that Palestinian leaders had taken actions at the UN that “provoked” Israel’s withdrawal. However, the talks had in fact already foundered for several reasons.

Settlement Expansions: The single most significant factor preventing progress during the talks was Israel’s intensification of “settlement” construction in the occupied Palestinian territories (oPt), in violation of international law, official US policy, and one of the preconditions for the talks. 

Israeli military violence against Palestinians: During the nine months of talks, the Israeli military killed 61 Palestinians, injured another 1,100, and detained nearly 4000.[1]This exacerbated tensions and made Palestinians skeptical of the utility of these talks.

Israel’s demand that Palestinians recognize Israel as “the nation-state of the Jewish people”: In March, Netanyahu introduced a new demand: that the Palestinians recognize Israel as “the nation-state of the Jewish people.”  For Palestinian negotiators to accede to it could be interpreted as accepting second-class status for Palestinian Israelis and ignoring the right of return of the Palestinian refugees (i.e. the majority of Palestinians).[2]

Palestinian actions at the UN: The US and Israel allege that Palestinian accession to various UN bodies undermined the peace talks and violated one of the preconditions.[3]

In November, 2013 the UN General Assembly passed a resolution calling for two democratic states, Israel and Palestine, living side by side in peace within secure and recognized borders by 165 votes to 6, with 6 abstentions. Despite its professed support for the two-state solution, Canada under Harper was among the six countries that voted against the UN resolution.  Unfortunately, Canada’s Liberal party might have cast the same vote.  

Conservative Position

Despite Israel’s continued illegal settlement building in the West Bank and East Jerusalem and its refusal to accept a Palestinian state on even 22% of historic Palestine, the Conservative-led Canadian government has opted for a pro-Israeli rhetoric when discussing the Israeli occupation, the Peace Process and the latest Gaza War of 2014. Canada has repeatedly sided with Israel against world opinion and common sense, becoming, at least diplomatically, the most pro-Israel country in the world.

In one example, in July 2011, Chris Day, spokesman for Foreign Minister John Baird stated, “Our government's long-standing position has not changed. The only solution to this conflict is one negotiated between and agreed to by the two parties. One of the states must be a Jewish state and recognized as such, while the Palestinian state is to be a non-militarized one.”[4]  While the demand that Israel be recognized by the Palestinian leadership as a “Jewish state” is one that Israeli leader Netanyahu had imposed, it is not one that the international community has embraced as part of the two-state solution.  That Canada would ape this demand of Netanyahu’s demonstrates how far the Harper government has deviated from the international consensus on the two-state solution. 

The Conservatives endorse a two-state solution in theory but the Harper government opposed the Palestinian statehood bid in 2013. Canada also plays down Israeli settlement criticism, failing to acknowledge that land grabs and Israeli colonies represent the most serious obstacle to peace. In December 2012, for instance, Canada stood apart from some major allies, the U.S. included, in refusing to condemn Israeli plans to build 3,000 settler homes in the West Bank and east Jerusalem to punish the Palestinians for winning greater recognition at the United Nations General Assembly. While Canada’s Foreign Affairs website declares that settlements are “not legal,” Harper refuses to say so publicly.[5]

Even when Israeli Prime Minister Benyamin Netanyahu said in a televised interview the day before the 2015 Israeli general election that there would be no Palestinian state under his watch,[6] Prime Minister Stephen Harper congratulated Netanyahu and reaffirmed that “Israel has no greater friend than (Canada),”[7] while failing to mention the two-state solution, or Netanyahu’s other promise to continue expanding what most of the international community considers illegal settlements on land claimed by the Palestinians, and constitute the most serious obstacle to achieving a comprehensive, just and lasting peace.

NDP Position

It is fair to say that the NDP has been nominally supportive of the international two-state solution consensus over the past several elections. The NDP’s 2011 election platform stated (Section 6.3), “We will work with partners for peace and justice in Israel and Palestine, within a framework of respect for United Nations resolutions and international law. This includes recognition of the right of both Israelis and Palestinians to live in peace in viable, independent states with negotiated and agreed-upon borders.”

While the NDP has demonstrated a long-time recognition of the UN institutions and international law, it is worth mentioning that its 2011 election platform dropped some key specifics as compared to the official NDP position of 2008. The 2008 NDP platform read: “Work with partners for peace and justice […] with negotiated, agreed-upon borders; no settlements remaining in the Palestinian state; an end to Israeli occupation of Palestinian land; an end to loss of life of innocent civilians; and an international peacekeeping presence.”

Unfortunately, the 2011 NDP statement is clearly weaker than the 2008 one, and the reasons for this increased ambiguity are unclear.  Worse, the NDP has yet to release any Middle East platform for the 2015 election.  Nevertheless, the party has been more consistently supportive overall of the international two-state solution consensus than the Conservatives or Liberals.

Liberal Position

As on so many other Middle East questions, the Liberal party position is ambiguous.  While the Liberal party is often critical of the Harper government and its approaches, the Liberal party is not apt to define its own distinct position. 

Officially, current Liberal Party policy on the Middle East has not changed dramatically since the era of Mike Pearson, Pierre Trudeau, and John Turner. A Liberal platform available at the beginning of 2013 indicated that “[...] Liberals believe in a two-state solution and that the region will only be genuinely stable when a safe, secure and democratic Israel exists in peace beside a viable, secure and democratic Palestinian state. […] We should facilitate dialogue between Israel, the Arab world and Palestinian leadership.”[8]

Nevertheless, during Bob Rae’s tenure as Liberal leader, the party did not distinguish itself much the Conservatives’ position on Palestinian statehood, or the two-state solution.  When the PLO successfully bid for recognition of Palestine as a state by the UN General Assembly in November, 2012, Liberal leader Bob Rae stated that he opposed the motion.[9]  Days later, Liberal Foreign Affairs critic Dominic Leblanc stated on CBC’s Power and Politics programme that the Liberal Party disagreed with the government’s “volume” in opposing the Palestinian move, but “we don’t necessarily disagree with the way the government voted” at the UN.

As Liberal party leadership candidate, Justin Trudeau was critical of the Harper government’s approach, saying in September 2011, “Certainly from what is public … I don’t get the impression that this government is trying to bring the two sides together.”When asked if he thought the Harper government was too favourable towards Israel, Trudeau was harsh in his criticism of the political strategies of the conservatives – their way of “polarizing the debate” domestically and using it as a “political football” – to pressure other parties, though he never said he was opposed to their positions. In actuality, he has never publicly declared support for a solution to the conflict that would be fair to the Palestinians, while he has repeatedly stated his strong support for Israel.[11]

Nevertheless, in a more positive note, Trudeau did clearly express the need for a “safe and secure” Palestinian state in speeches and interviews in August, 2014 during the Israel-Hamas-Gaza conflict.  “It is only through negotiation and co-operation with the international community that we will arrive at the two-state solution that so many believe is key to ending hostilities in the region. A safe and secure Israel can only exist when it exists next to a safe and secure Palestinian state – one with an economy that creates jobs, a social safety net that protects the vulnerable, food that gets to the people who need it, infrastructure that meets people’s needs, and a government that is responsive to its citizens. Then, Palestinians and Israelis will be free to enjoy the kinds of freedoms that we are so fortunate to enjoy here in Canada.”[12]

So, again, mixed messages from the Liberals, with both encouraging and disappointing moments. 

Bloc Quebecois Position

During Israel’s latest attack on Gaza in 2014, Mario Beaulieu, Leader of the Bloc Québécois, denounced the Canadian government’s unilateral position fueling the conflict, with the silent complicity of NDP and Liberal’ leaders, Mr. Trudeau and Mr. Mulcair.[13]

In an article titled Le Bloc Québécois marche pour la paix à Gaza, published on August 9, 2014, a quote from Mr. Beaulieu states the party’s stance on the Israeli-Palestinian conflict, Palestinian’s right to self-determination and the Israeli occupation:

“We demonstrate for a durable ceasefire and for a real and peaceful solution to the [Israel-Palestine] conflict.  The Bloc’s participation in this demonstration does not suggest any support for Hamas, which does not recognize the existence of Israel, but we denounce the violation of international law by the Israeli government.  A permanent end to the violence and a return to peaceful negotiations requires that all parties respect applicable UN resolutions, those calling for the self-determination of the Palestinian people, as well as those calling for a lifting of the blockade of Gaza and those calling for an end to the illegal colonization under Israel’s military occupation.”[14]

Green Position

Article 11 of The Planet Needs Canada (and Vice Versa), Part 5 of Vision Green, the Green Party platform, underlies the party supports of a two-state solution to the Israel-Palestine conflict that addresses the security, economic, and religious concerns of both sides.[15] The party also passed a resolution during its 2014 Convention, and coded G14-P58, “[adopting] a posture of engaged neutrality, opening all available diplomatic avenues in both Palestine and Israel to press for a peaceful resolution to the conflict.”[16]

According to Part 5.11, Green Party MPs will:[17]

  • Endorse the recognition of a Palestinian right to statehood within the internationally recognized borders as described in United Nations Security Council Resolution 242, and support a two-state solution to the Israel-Palestine conflict that adheres to pre-1967 borders and incorporates an international plan for stimulating economic prosperity in both nations;
  • Call on both sides to immediately stop the killing of civilians and adhere to international law;
  • Protect as inviolable the right of the State of Israel to exist, in the absence of fear and conflict;
  • Encourage the Canadian government to press for a mutually agreed-upon honest broker to engage in bi-literal and multi-lateral peace talks involving Palestinians and Israelis;
  • Call on Arab countries to use their influence to broker an agreement between Hamas and the Palestinian National Authority to facilitate the promotion of peace amongst the competing Palestinian interests;
  • Call for an end to the collective siege of Gaza so that medical and humanitarian aid can be provided;
  • Call on Israel to stop expansion and the building of illegal settlements beyond the 1967 borders;
  • Actively support the efforts of civil society groups working for peace, human rights, and justice in the region.

Sommaire

Le gouvernement Harper semble satisfait, autant que les Israéliens, du violent statu quo maintenu entre la Palestine et Israël. À tous les égards, il a suivi la ligne de conduite d’Israël par rapport au conflit. Le NPD maintient son appui au consensus international sur la solution à deux États, bien que sa position soit plus floue depuis quelques années. Le Parti libéral réitère un discours ambigu, à l’image de la majorité de ses réponses sur les enjeux entourant le Moyen-Orient. Le Bloc Québécois et le Parti Vert ont été les plus précis quant à la primauté du droit international et aux résolutions de l’ONU dans le conflit israélo-palestinien. Pour cette présente analyse, CJPMO s’est concentrée sur les déclarations des partis en relation avec 1) l’urgence d’une solution dans le conflit israélo-palestinien 2) une harmonisation avec la solution à deux États proposée par consensus international 3) le statut d’État de la Palestine, et d’autres prises de position. CJPMO évalue les prises de position des partis en fonction de 1) leur adhésion au droit international et 2) leur volonté d’harmonisation avec la solution à deux États proposée par consensus international. CJPMO ne se prononce pas sur la viabilité de cette solution. 

Contexte

Le 29 juillet 2013, les négociations organisées sous l’égide des États-Unis entre les représentants israéliens et palestiniens ont repris après un hiatus de quatre ans. Les conditions préalables aux négociations incluaient le gel de la colonisation et la libération de détenus par Israël en échange de la suspension des démarches des Palestiniens pour devenir membre des organisations de l’ONU. Les pourparlers ont débuté durant l’été de 2013 avec comme enjeux : le territoire, les frontières, les colonies, le futur de Jérusalem, les réfugiées et la sécurité.

En avril 2014, Israël annonçait son retrait des pourparlers alléguant que plusieurs raisons expliquaient l’échec des négociations, entre autres, a) l’annonce de la formation d’un gouvernement d’union entre le Fatah et le Hamas en Palestine et b) les actions entreprises par les dirigeants palestiniens à l’ONU. Cependant, les négociations s’étaient déjà effondrées pour plusieurs raisons.

L’expansion des colonies : Le facteur le plus important qui a freiné l’avancement des négociations est l’intensification de la construction de colonies sur les territoires occupés palestiniens par Israël. Il s’agit d’une violation du droit international, des politiques officielles des États-Unis et des conditions préalables à la négociation.

Violence militaire israélienne contre les Palestiniens : Durant les neuf mois de négociations, les militaires israéliens ont tué 61 Palestiniens, ont blessé 1100 autres et ont détenu environ 4000 personnes[1]. De telles actions n’ont fait qu’exacerber la tension des Palestiniens qui sont devenus sceptiques de la pertinence de ces négociations.

Demande d’Israël à ce qu’il soit reconnu comme « l’État national du peuple juif » par les Palestiniens : En mars, Netanyahou a introduit une nouvelle requête demandant à ce que les Palestiniens reconnaissent Israël comme « l’État national du peuple juif ». En acceptant cette demande, les négociateurs palestiniens auraient ouvert la porte à ce que les Israéliens palestiniens soient relayés au rang de citoyens de seconde classe et à ce que le droit de retour se voient refusé aux réfugiés palestiniens (c’est-à-dire la majorité des Palestiniens)[2].

Les actions des Palestiniens à l’ONU : Les États-Unis et Israël ont prétendu que l’accès à diverses organisations de l’ONU par les Palestiniens compromettait les pourparlers de paix et constituait une violation des conditions établies[3].

En novembre 2013, l’Assemblée générale de l’ONU a adopté une résolution prévoyant deux États démocratiques, Israël et la Palestine, cohabitant en paix en sein de frontières sécuritaires et clairement établies. Au total, 165 votes étaient en faveur de cette résolution contre 6, en plus de 6 abstentions. Malgré son appui professé envers la solution à deux États, le Canada sous Harper comptait parmi les six pays à avoir voté contre la résolution de l’ONU. Malheureusement, le Parti libéral du Canada en aurait probablement fait autant.

Position des conservateurs

En ce qui a trait à l’occupation israélienne, au processus de paix et à la récente guerre à Gaza, le gouvernement conservateur a adopté une rhétorique pro-Israël, et ce, malgré la construction continue de colonies illégales en Cisjordanie et à Jérusalem-Est par Israël et son refus d’accepter l’État Palestinien, ne serait-ce que sur 22% du territoire historique de la Palestine. Le Canada s’est rangé maintes fois aux côtés d’Israël, défiant l’opinion mondiale et la logique, pour devenir, du moins diplomatiquement, le pays le plus pro-Israël du monde.

Par exemple, en juin 2011, Chris Day, porte-parole du ministre des Affaires étrangères John Baird, affirmait que : « La position de notre gouvernement demeure toujours la même. L’unique solution en sera une négociée et convenue par les deux parties. L’un des deux États se doit d’être un État juif et reconnu comme tel, alors que l’État de la Palestine doit être démilitarisé[4]. » La demande d’Israël à être reconnu comme un « État juif » par les dirigeants de la Palestine est une requête imposée par le premier ministre Netanyahou et n’a pas été adoptée par la communauté internationale dans son effort d’en arriver à une solution à deux États. Cette façon dont le Canada a intégré la demande de Netanyahou démontre bien à quel point le gouvernement Harper s’est éloigné de la solution à deux États proposée par consensus international.

En théorie, les conservateurs adhèrent à la solution à deux États, mais en pratique, le gouvernement Harper s’est opposé à la souveraineté de la Palestine en 2013. Aussi, le Canada a minimisé les critiques à l’encontre des colonies israéliennes, ne reconnaissant pas que ces colonies et l’accaparement des terres représentent l’obstacle le plus important à la paix. En décembre 2012, par exemple, le Canada s’est tenu à l’écart d’alliés majeurs, y compris es États-Unis, en refusant de condamner les plans de construction de 3 000 maisons pour les colons en Cisjordanie et à Jérusalem-Est par Israël, une mesure qui visait à punir la Palestine pour sa reconnaissance accrue au sein de l’Assemblée générale de l’ONU. Alors que le site web des Affaires étrangères du Canada qualifie les colonies « d’illégales », Harper refuse toujours de l’admettre publiquement[5].

Lors d’une entrevue télévisée, le jour avant les élections générales israéliennes de 2015, le premier ministre Benyamin Netanyahou a déclaré qu’aucun État palestinien ne verrait le jour sous son mandat[6]. Malgré cette déclaration, le premier ministre Stephen Harper félicita Netanyahou et réitéra qu’ « Israël n’a pas de meilleur ami que le [Canada][7] ». Ce que Stephen Harper a omis de mentionner, mis à part la solution à deux États, est la promesse de Netanyahou de maintenir l’expansion des colonies, considérées comme illégales par la majorité de la communauté internationale, sur le territoire réclamé par les Palestiniens, et constituant l’obstacle majeur à l’instauration d’une paix juste, durable et globale.

Position des néo-démocrates

Il convient de dire que le NPD a en grande partie appuyé la solution à deux États proposée par consensus international durant les dernières élections. La plateforme électorale de 2011 du parti déclarait (Section 6.3) : « Le NPD s’engage enfin à travailler avec les partenaires pour la paix en Israël et en Palestine, dans un cadre de respect pour les résolutions des Nations Unies et du droit international. Cela inclut la reconnaissance du droit des Israéliens et des Palestiniens à vivre en paix dans deux États indépendants, viables, avec des frontières négociées et acceptées. »

Malgré une longue reconnaissance des institutions de l’ONU et du droit international de la part du NPD, il vaut la peine de mentionner que la plateforme électorale de 2011 a laissé tomber certains points clés en comparaison aux positions officielles du NPD de 2008. La plateforme de 2008 affirmait : «  Travailler avec les partenaires pour la paix et la justice […] avec des frontières négociées et acceptées, le retrait de toutes les colonies sur le territoire palestinien, la fin de l’occupation des terres palestiniennes par Israël, la fin de toutes les tueries de civils innocents, et une présence internationale de maintien de la paix. ».

Malheureusement, les déclarations du NPD de 2011 ne sont clairement pas aussi affirmatives que celles de 2008 et les raisons pouvant expliquer cette ambiguïté croissante demeurent floues. Pire encore, le NPD n’a toujours pas offert de plateforme portant sur le Moyen-Orient pour les élections de 2015. Néanmoins, contrairement aux conservateurs et aux libéraux, le NPD s’est montré bien plus consistant dans son appui à la solution à deux États proposée par consensus international.

Position des libéraux

Comme sur bien d’autres enjeux du Moyen-Orient, la position du Parti libéral demeure ambiguë. Le Parti libéral est certes critique du gouvernement Harper et de ses stratégies, mais demeure incapable d’offrir une prise de position distincte.

Les politiques officielles du Parti libéral concernant le Moyen-Orient sont restées à peu près les mêmes depuis Mike Pearson, Pierre Trudeau et John Turner. La plateforme libérale proposée au début de 2013 indiquait que : « Les libéraux croient que la création de deux États est la solution à privilégier et que la stabilité régionale sera possible seulement lorsqu’un État israélien démocratique et sécuritaire coexistera en paix avec un État palestinien viable, démocratique et sécuritaire. […] Nous devons aussi faciliter le dialogue entre Israël, le monde arabe et le leadership palestinien[8]. »

Toutefois, sous la chefferie libérale de Bob Rae, le parti n’a pas réussi à se distinguer de la position des conservateurs sur le statut d’État de la Palestine et sur la solution à deux États. Lorsque l’OLP (Organisation de libération de la Palestine) déposa une demande portant sur la reconnaissance du statut d’État de la Palestine par l’Assemblée générale de l’ONU, le chef libéral Bob Rae a déclaré être contre cette requête[9]. Quelques jours plus tard, le porte-parole aux Affaires étrangères Dominic Leblanc affirmait à Power and Politics sur les ondes de CBC que le parti libéral était en désaccord avec « l’intensité » dont faisait preuve le gouvernement dans son opposition à l’initiative palestinienne, mais « qu’il n’était pas nécessairement en désaccord avec le votedu gouvernement » à l’ONU[10].

Alors qu’il était candidat à la direction du parti, Justin Trudeau était critique des stratégies adoptées par le gouvernement Harper, affirmant en septembre 2011 que : « Sur la scène publique… je n’ai pas l’impression que ce gouvernement tente de réconcilier les deux parties. » Lorsque l’on questionna Trudeau à propos de son opinion sur la relation entre le gouvernement Harper et Israël, le candidat fustigea les stratégies politiques conservatrices affirmant qu’elles contribuaient à « polariser le débat » au pays et servaient de « tremplin politique » au détriment des autres partis. Toutefois, Trudeau n’a jamais affirmé être en désaccord avec les positions des conservateurs. En fait, il ne s’est jamais ouvertement prononcé en faveur d’une solution au conflit qui serait équitable pour les Palestiniens, contrairement à son appui à Israël, qui lui, a été maintes fois affirmé[11].

Cependant, Trudeau a clairement exprimé la nécessité qu’un État « sécuritaire » palestinien voit le jour dans ses discours et ses entrevues en août 2014, alors que le conflit entre Israël et le Hamas à Gaza faisait rage. «  Seules la négociation et la coopération avec la communauté internationale nous permettront de mettre en œuvre la solution à deux États, celle qui, selon plusieurs, est la clé pour mettre fin aux hostilités présentes dans la région. L’État d’Israël ne pourra exister en sécurité que si un État palestinien sécuritaire se trouve à ses côtés c’est-à-dire un État dans lequel se trouve une économie qui crée de l’emploi, un filet de sécurité sociale pour les plus vulnérables, de la nourriture à ceux qui en ont besoin, des infrastructures adaptées à ses habitants et où le gouvernement sera réceptif à ces citoyens. Enfin, les Palestiniens et les Israéliens pourront goûter aux libertés qui nous sont si chères ici au Canada[12].

En somme, les libéraux offrent un amalgame de réponses, certaines encourageantes, d’autres décevantes.

Position du Bloc Québécois

Lors des dernières attaques perpétrées par Israël contre Gaza en 2014, le chef du Bloc Québécois, Mario Beaulieu, a dénoncé le gouvernement canadien pour sa position unilatérale qui envenime le conflit et la complicité silencieuse des chefs du NPD et du Parti libéral, messieurs Mulcair et Trudeau[13].

Dans un article publié le 9 août 2014 et intitulé « Le Bloc Québécois marche pour la paix à Gaza », se trouve une citation de M. Beaulieu détaillant la position du parti sur le conflit israélo-palestinien, sur le droit à l’autodétermination des Palestiniens et sur l’occupation israélienne :

« Nous manifestons pour un cessez-le-feu durable et la négociation d’une solution pacifique et réelle du conflit [entre Israël et la Palestine.] La participation du Bloc ne constitue aucunement un appui au Hamas, qui ne reconnaît pas l’existence de l’État d’Israël, mais nous dénonçons la violation du droit international par le gouvernement israélien. Un arrêt permanent des violences et le retour à la négociation pacifique nécessitent le respect des résolutions de l’ONU, tant celle portant sur le droit du peuple palestinien à l’autodétermination que celles demandant la levée immédiate du blocus et l’arrêt de la colonisation illégale et de l’occupation[14]. »

Position du Parti Vert

L’article 11 de La planète a besoin du Canada (et vice-versa), la 5e partie de Vision Verte, la plateforme du Parti Vert, exprime l’appui du parti à une solution à deux États au conflit israélo-palestinien qui tiendrait compte de la sécurité, de l’économie et des préoccupations religieuses des deux côtés[15]. Aussi, le parti a adopté une résolution durant sa convention de 2014, codifié G14-P58 : « [adoptons] des mesures concrètes de neutralité, utilisons toutes les avenues diplomatiques possibles, tant en Palestine qu’en Israël, afin qu’une résolution pacifique au conflit s’opère[16].

D’après la section 5.11, les députés verts s’engagent à[17] :

  • Appuyer la reconnaissance du droit des Palestiniennes et des Palestiniens à un État à l’intérieur des frontières internationalement reconnues aux termes de la résolution 242 du Conseil de sécurité des Nations Unies et appuieront la cohabitation de deux états – Israël et un État palestinien souverain – en fonction des frontières de 1967 en incorporant un plan international visant à stimuler la prospérité économique dans les deux nations.
  • Demander aux deux parties de cesser de tuer des civils et d’observer le droit international.
  • Protéger le droit inviolable de l’État d’Israël d’exister sans peur et sans conflit.
  • Exhorter le gouvernement du Canada à exercer des pressions pour qu’un médiateur honnête, mutuellement accepté, engage des pourparlers de paix bilatéraux et multilatéraux auxquels participeront les Israéliens et les Palestiniens.
  • Exhorter les pays arabes à user de leur influence pour arbitrer un accord entre le Hamas et l’Autorité nationale palestinienne afin de favoriser la promotion de la paix entre les intérêts palestiniens divergents.
  • Réclamer la fin de l’état de siège collectif à Gaza pour permettre l’accès à l’aide humanitaire.
  • Exhorter Israël à mettre fin à son expansion et à la construction de colonies de peuplement illégales au-delà des frontières de 1967.
  • Appuyer les efforts des groupes de la société civile œuvrant pour la paix, le respect des droits de la personne et la justice dans la région.

[1] “PLO: Israel demolished over 500 Palestinian structures during talks,” Maan News. April 19, 2014.

[2] “Palestinians: Netanyahu speech effectively ends negotiations,” Haaretz. March 4, 2014.

[3] Wilner, Michael. “In major speech, Indyk opens up on 'breakdown' of Israeli-Palestinian peace talks,” The Jerusalem Post. May 9, 2014.

[4] “Canada rejects Palestinian statehood bid at UN,” The Canadian Press, July 11, 2011, http://www.cbc.ca/news/canada/canada-rejects-palestinian-statehood-bid-at-un-1.1011315 accessed Oct. 6, 2015

[5] Kennedy, Mark, “The Harper Doctrine: Why Canada's prime minister supports Israel,” Ottawa Citizen, August 3, 2014, http://ottawacitizen.com/news/national/the-harper-doctrine-why-canadas-prime-minister-supports-israel accessed Oct. 6, 2015

[6] Rudoren, Jodi, “Netanyahu Says No to Statehood for Palestinians,” New York Times, March 16, 2015, http://www.nytimes.com/2015/03/17/world/middleeast/benjamin-Netanyahu-campaign-settlement.html accessed Oct. 6, 2015

[7] Berthiaume, Lee, “Harper congratulates Netanyahu, avoids mentioning Palestinian state,” Ottawa Citizen, March 18, 2015, http://ottawacitizen.com/news/politics/israeli-ambassador-downplays-netanyahus-comments-on-palestinian-state accessed Oct. 6, 2015

[8] “Official Liberal Party of Canada Platform” Liberal Party Website, http://www.liberal.ca/platform/canada-world/ accessed February 1, 2013

[9] Parry, Tom, “Baird going to UN to oppose Palestinian statehood bid,” CBC News, Nov 28, 2012

[10] “MPs on Israel settlement expansion,” CBC. Power and Politics with Evan Solomon. December 3, 2012

[11] “CJPME Assessment of the Liberal Leadership Candidates on Middle East Policy,” Canadians for Justice and Peace in the Middle East, April, 4 2013

[12] “Liberal Leader Justin Trudeau’s Speech at the Liberal Party of Canada’s Dinner to Celebrate Eid al-Fitr,” Liberal Party, Speech delivered August 12, 2014, https://www.liberal.ca/liberal-leader-justin-trudeaus-speech-liberal-party-canadas-eid-dinner/ accessed Oct. 6, 2015

[13] “Le Bloc Québécois marche pour la paix à Gaza,” Bloc Québécois Website, August 9, 2014, http://www.blocquebecois.org/2014/08/le-bloc-quebecois-marche-pour-la-paix-a-gaza/  accessed Oct. 6, 2015

[14] Ibid.

[15] “5.11 The Israel – Palestine Conflict,” Green Party of Canada, http://www.greenparty.ca/en/policy/vision-green/world/israel-palestine  accessed Oct. 6, 2015

[16] “Israel – Palestine Conflict,” Green Party of Canada, http://www.greenparty.ca/en/convention-2014/voting/motions/g14-p58  accessed Oct. 6, 2015

[17] Ibid., “5.11 The Israel – Palestine Conflict”

Be the first to comment

Please check your e-mail for a link to activate your account.